fbpx

Optimisez le budget de votre famille

Nous vous aiderons à prendre les bonnes décisions

Sélectionnez votre situation et découvrez dans quels évènement de la vie vous pourrez être accompagné

 

 

Déménagement

 

Lors d’un déménagement en Suisse romande, toutes vos assurances et même votre fiscalité doivent être étudiées car des économies sont possibles (environ CHF 100.- par mois et par personne et votre imposition peut diminuer de moitié en fonction des cantons)

Dans le même canton

Si vous déménagez dans le même canton, la seule chose qu’il faut surveiller est la responsabilité civile ménage. Si le montant sur lequel vous êtes couvert est inférieur ou supérieur de plus de 10%, alors vous serez moins bien remboursé, voire pas du tout si l’assureur considère le montant à rembourser trop élevé.

Déménager dans un autre canton

Dans le cas d’un déménagement dans un autre canton, il y a plus de chose à regarder. Le montant de vos impôts va changer, l’assurance de votre voiture va être différente et bien sûr votre assurance habitation aussi.

Impôts

En fonction du canton, vos impôts vont changer dans le bon ou dans le mauvais sens. En effet, l’imposition peut varier du simple ou double (voir le tableau) !

Changer de travail

Changer de travail en suisse peut apporter beaucoup de changements: sa localité, le budget familial et ses postes de dépenses du foyer. Ces changements peuvent être source de confusion. Croire que ce qu’on avait mis en place pour notre ancienne situation est valable et idéal n’importe où en Suisse est souvent une erreur. 

Départ involontaire

Dans ce cas, que vous sachiez déjà quels seront vos prochains challenges professionnels ou non, des solutions existent pour maintenir votre niveau de vie et ne pas sacrifier votre budget mensuel en tant que couple vivant en suisse.

Plus particulièrement, il existe une assurance complémentaire chômage qui vous permettra de compléter le manque à gagner entre votre dernier salaire et votre rente chômage.

Comme vous le savez sûrement déjà, le montant de la rente chômage équivaut à 70-80% de votre dernier salaire, et peut ne pas être suffisante en fonction de votre situation.

Changer de voiture

 

L’achat d’occasion

Quand on s’apprête à acheter une voiture d’occasion, il y a quelques petites choses auxquelles il faut faire attention pour ne pas se faire arnaquer :

– Faire le contrôle TCS : le contrôle TCS est un contrôle avancé du véhicule qui vous permettra de savoir exactement l’état du véhicule, les entretiens qui ont été réalisés etc. Tout pour connaître les charges à prévoir.

– Assurance provisoire : Lorsque vous changez de véhicule, vous devrez vous rendre à l’office des autos avec l’ancien propriétaire pour déclarer que le véhicule change de mains. À partir de ce moment-là, vous êtes automatiquement couvert par votre ancien assureur, mais vous avez un mois pour lui déclarer exactement quelle couverture vous désirez ! Pendant cette période vous bénéficiez de la couverture casco complète. Une fois le contrat choisi, vous payerez ce mois de couverture de façon rétroactive.

– Plaque d’immatriculation provisoire : Dans le cas où vous allez voir une voiture chez un particulier sans savoir à l’avance si vous allez l’acheter ou pas, il est impossible de faire faire ces plaques en amont. La solution en place consiste à louer des plaques provisoires au service des autos pour ramener le véhicule vous-même si jamais vous désirez l’acheter ! Les plaques provisoires coûtent CHF. 80.-/jour.

Le choix de l’assurance

Au moment de choisir l’assurance de son véhicule, le plus est de choisir la bonne couverture pour votre voiture, ce qu’on veux dire par là c’est que l’on n’assure pas une Ferrari comme on assure une voiture à CHF. 3’000.-, ni une voiture qui va toujours circuler dans une grande ville et une autre qui n’y sera que rarement !

Achat en leasing : Le garage vous imposera de choisir la formule la plus complète, à savoir la casco complète.

Achat comptant ou à crédit : là, vous faites ce que vous voulez, nous ne vous apprenons rien en vous disant que la responsabilité civile est obligatoire, mais si vous voulez plus de couverture, c’est là où il faut être très critique sur sa voiture et sur son utilisation.

Préparer l’arrivée d’un bébé

Avant la naissance

Nous vous recommandons de souscrire à une assurance prénatale, pour couvrir la possibilité que l’enfant développe des pathologies avant sa naissance et que les soins soient couverts tout au long de sa vie.

La deuxième chose est l’assurance dentaire, celle-ci sera à faire avant le 6e anniversaire de votre enfant. Après, il/elle ne pourra plus bénéficier de la prise en charge des frais d’orthodontie.

Après sa naissance, il est aussi le bon moment, pour souscrire à une assurance maladie semi-privée. Cette assurance permettra de choisir le praticien dans le cas d’une intervention chirurgicale par exemple. Plus cette assurance est souscrite tôt, moins elle est chère.

Enfin, il n’est jamais assez tôt pour commencer à préparer le futur, une dépense que l’on peut tous percevoir, sont les études !

Pour les préparer efficacement, il faut bien sûr mettre de l’argent de côté, mais avoir de l’argent qui dort sur un compte bancaire n’est pas la meilleure chose à faire.

Nous vous proposons donc un placement plus productif, plus précisément un troisième pilier b. Il vous permettra d’avoir un rendement annuel de 2% par an, et de défiscaliser environ 30% de ce que vous décidez de placer. Une foi que votre fils/fille a atteint la majorité vous avez le choix de lui donner ce capital ou non. Il ou elle pourra se prendre ne charge quand il/elle sera étudiant.

Les allocations familiales

Les allocations familiales sont des prestations sociales visant à aider les parents à faire face aux coûts que représente l’entretien de leurs enfants. Ces prestations comprennent les allocations pour l’enfant et les allocations pour la formation professionnelle, mais aussi les allocations de naissance et d’adoption introduites par certains cantons.

La loi fédérale sur les allocations familiales (LAfam ; qui est entrée en vigueur depuis le 1er janvier 2009) prescrit un montant minimum, par enfant et par mois, pour les allocations familiales versées dans les cantons :

  • 200 francs pour l’allocation pour enfant (enfants jusqu’à 16 ans) ;
  • 250 francs pour l’allocation de formation professionnelle (jeunes en formation de 16 à 25 ans).

Vous avez droit à ces prestations si vous êtes salariés, sans activité lucrative et pour reformuler tous les indépendants. Vous trouverez ci-dessous les allocations allouées dans les différents cantons. Vous pouvez y trouver les allocations à la naissance, allocation pour enfant (jusqu’à 16 ans) et les allocations de formation professionnelle (de 16 à 25 ans). Consultez le tableau pour connaitre le détail des allocations familiales par cantons (suivez le lien !).

Économiser et placer son argent

Pour devenir propriétaire, accomplir un projet personnel, ou encore préparer sa retraite, il faut commencer à économiser dès son entrée dans la vie active.

Alors, économisez oui, mais combien ?

Si vous voulez devenir propriétaire un jour ou tout simplement vous assurer un futur confortable sans avoir à faire attention à vos dépenses du mois et dépenses quotidiennes en tant que famille, nous vous recommandons d’économiser environ 3,5% de votre revenu annuel, voilà le prévisionnel pour la carrière d’un Suisse moyen.

On obtient CHF. 91’373,18 d’économisé à 65 ans, on ne va pas très loin !

C’est pour cela qu’il existe une multitude de placements possibles, que l’on va regarder ensemble, pour trouver celui qui vous correspond !

Et comment ?

Il est facile de dire qu’il faut économiser et placer son argent, mais comment y parvenir concrètement ? Sur quels postes de dépenses peut-on vraiment dépenser moins sans sacrifier les plaisirs de la vie et ses passions ?

Un poste de dépense très important pour les ménages suisses et d’autant plus pour les Genevois, est l’assurance maladie !

En effet, les prix des assurances évoluent chaque année et le positionnement des assureurs sur le marché varie lui aussi. Un assureur peut être très compétitif pour une personne dans votre situation, mais se révéler très cher l’année suivante !

Les différences peuvent être importantes excédant parfois les CHF. 100.-/mois ! Même si votre proposait avait des prix compétitifs au moment ou vous avez souscrit, les prix varient tellement, que vous aurez certainement la possibilité de diminuer le montant de votre budget santé !

Voilà de quoi donner de l’oxygène à un budget limité et permettre de placer son argent sur des projets d’avenir ! Pour parvenir à réaliser ces économies, nous avons fait un article avec les 7 façon de diminuer ses dépenses d’assurance maladie!

Investir dans l’immobilier

 

En Suisse

Vous vous êtes peut-être déjà intéressé aux opportunités d’investissement en Suisse, et si vous êtes comme la majorité des résidents qui ne sont pas propriétaires, vous pensez peut-être que c’est presque impossible et que c’est réservé à la classe aisée.

Mais plus de résidents Suisses que vous ne le pensez peuvent devenir propriétaires. Les loyers élevés qui ne font qu’augmenter donnent l’impression qu’il est impossible de devenir propriétaire. Mais, si vous arrivez à joindre les deux bouts en fin de mois et à mettre de l’argent de côté, vous avez de grandes chances de pouvoir devenir propriétaire. Vous ne pensez pas que c’est possible ?

La propriété est un rêve que 37,5% des habitants ont déjà réalisé (chiffre de 2013). La proportion grimpe même à 57,4%  dans le canton du Valais et 54,8% dans le Jura, alors qu’elle ne dépasse pas 31,5% dans le région Lausannoise et 17,9% à Genève. Cette proportion devrait augmenter. « Le coût d’un logement en location est désormais clairement supérieur à celui d’un bien propre financé par une hypothèque. C’est pourquoi les propriétaires pourraient être majoritaires dans une dizaine d’années », explique Édouard Duc, directeur régional d’UBS Romandie.

 

 Le calcul économique incite à l’achat d’un logement ou d’une maison. Mais même les locataires (couple) ayant un revenu permettant de payer un loyer mensuel de 3000 francs par mois peinent parfois à réunir les fonds propres nécessaires à l’octroi d’un crédit hypothécaire. « La part des jeunes propriétaires est en diminution en raison des difficultés à réunir les fonds propres nécessaires », confirme UBS. « L’obstacle est peut-être moins élevé qu’on ne le pense si l’on est prévoyant. Pour un bien de 800 000 francs, via un troisième pilier, à raison de 13 000 francs par année, les deux membres d’un ménage peuvent réunir en six ans les 10% d’argent liquide requis », ajoute UBS.

 

En France

 

Selon les données des notaires de France, à Annecy par exemple, le prix médian pour l’acquisition d’une maison est de 468 500 euros et de 3610 euros le m² pour un appartement. À Aix-les-Bains, les prix des appartements sont en hausse de 5% sur un an. Le prix moyen s’élève à 353 800 euros pour une maison et à 2680 le m² pour un appartement. Quant à Saint-Julien-en-Genevois, le prix moyen du m² est d’environ 4200 euros. De l’autre côté de la frontière, comme dans la ville de Genève, le prix du m² est plus élevé : comptez en moyenne 10 611 euros par m² habitable.

L’investissement locatif est donc particulièrement rentable dans cette région. En outre, l’achat dans le neuf s’avère être une bonne option et ça tombe bien, car de nombreux logements neufs sont disponibles tout le long de la frontière.

Selon Seloger.com, si vous avez les moyens d’investir, mieux vaut privilégier la Haute-Savoie, zone d’origine principale des navetteurs travaillant à Genève. La ville d’Annecy présente aussi de réels atouts, l’autoroute la reliant à Genève augmentant son attractivité. L’Ain, et notamment le pays de Gex, est souvent présenté comme un endroit stratégique pour les futurs investisseurs.

Placer votre argent

Investissement durable

Le principe de l’investissement durable est de proposer un moyen d’investir dans un produit financier qui aura un impact positif sur l’environnement en plus de pouvoir faire fructifier vos économies.

Bois d’agar

 Cet investissement repose sur l’Aquilaria. Originaire d’Asie du Sud-Est, lorsque ce dernier est frappé par des facteurs externes tels que :  coups de foudre, pâturage d’animaux, attaque d’insectes ou invasion microbienne, l’arbre produit une résine aromatique noire en réponse à l’attaque d’un champignon appelé le duramen qui va s’introduire dans l’arbre au moment où il est au plus faible. Le duramen devient alors très dense, foncé et résineux. Et c’est un produit qui est très recherché, il est appelé de différentes façons, mais il est plus connu sous le nom de « oud ».

Une fois extrait de l’arbre, il peut être travaillé de différentes façons: copeaux, poudre ou distillé pour produire de l’huile d’oud. Le parfum qui en résulte est très apprécié et fortement demandé

Les packs

Nombre d’arbres: 50

Coût: CHF. 21’841

 Valeur nette de la récolte*

Après 4 ans: CHF. 34’081

Après 5 ans: CHF. 37’868

Après 6 ans: CHF. 41’005

Après 7 ans: CHF. 45’441

 

Nombre d’arbres: 100

Coût: CHF. 41’000

 Valeur nette de la récolte*

Après 4 ans: CHF. 68’850

Après 5 ans: CHF. 76’500

Après 6 ans: CHF. 84’150

Après 7 ans: CHF. 91’800

 

Nombre d’arbres: 500

Coût: CHF. 200’000

 Valeur nette de la récolte*

Après 4 ans: CHF. 344’250

Après 5 ans: CHF. 382’500

Après 6 ans: CHF. 420’750

Après 7 ans: CHF. 459’000

 

*La Valeur nette de la récolte, correspond à un estimatif du retour du montant investit par l’individu. Les valeurs mentionnés sont suscpetibles de varient en fonction de la demande du marché. Elles ne sont pas contractuelles.

Le 3e pilier, une solution à ne pas sous-estimer

Le premier avantage à investir son argent dans un 3e pilier est le rendement garanti par la Confédération, il est faible certes, mais d’autres formes d’investissement n’en ont pas ou demandent un investissement de départ beaucoup plus important.

Deuxièmement, les avantages fiscaux vont vous permettre de réinvestir les économies que vous faites en impôts dans d’autres investissements qui vont, par la suite vous rapporter beaucoup plus que le minimum garanti par un troisième pilier (voir solution d’investissement ci-dessus) !

Ces déductions vous permettent d’économiser jusqu’à 10’000 CHF d’impôts/année

​La déduction fiscale liée au 3e Pilier salarié lié est régie par une loi fédérale ; elle est donc applicable pour toute la Suisse.

Selon les directives de l’administration fiscale suisse :

« Les cotisations ou versements effectués pour le 3e pilier A (prévoyance liée) sont déductibles à concurrence de :

– CHF 6’768.- Si vous êtes salariés (vous cotisez au 2e pilier) ;

– CHF 33’840.- Mais au maximum 20% du revenu déterminant (salaire brut ou bénéfice net moins cotisation AVS AI APG AC AANP Amat) si vous ne remplissez pas les conditions d’affiliation à un 2e pilier. » Source: ge.ch

 

Préparer sa retraite

La prévoyance retraite Suisse repose sur le principe des trois piliers.

  • 1er pilier (obligatoire) a pour but de couvrir les besoins vitaux d’une personne assurée. Il est constitué des trois assurances suivantes : l’assurance-vieillesse et survivants (AVS), l’assurance-invalidité (AI) et les prestations complémentaires (ces dernières sont versées lorsque les rentes et les autres revenus ne permettent pas de couvrir les besoins vitaux).
  • 2e pilier (obligatoire pour les salariés) constitué de la prévoyance professionnelle (caisse de pension).
  • 3e pilier constitué de la prévoyance retraite privée (facultative).

Une retraite bien construite :

Attention aux mauvaises surprises !

Ce système, aussi complet qu’il soit, a dévoilé une faille majeure. En effet, deux tiers des Suisses ne touchent pas le revenu maximal promis par le deuxième pilier !

Pour le percevoir en totalité, il faut avoir cotisé sans interruption ce qui bien sûr n’est pas le cas de tout le monde !

On estime qu’une année de perdue, de non cotisé, se traduit par une perte de 2,5% votre rente, soit 705 Francs Suisses par an et CHF. 58,75 par mois ! Donc ça peut aller très vite !

C’est là que le 3e pilier prend tout son sens, en plus d’augmenter vos rentes, il va permettre de compenser ce manque à gagner. Mais là aussi, il faut faire attention quand on fait des plans pour sa retraite, car même s’il peut doubler vos rentes pendant la retraite, là aussi chaque année non-cotisée vous fait perdre 2,3% de votre rente mensuelle !

Couvrir les prétentions personnelles

  • Pour savoir si les prestations de la prévoyance publique (plan retraite financé par la confédération) et de la prévoyance professionnelle seront suffisantes à l’âge de la retraite, la personne assurée doit analyser ses souhaits et ses besoins personnels. En règle générale, les rentes payées au titre des 1er et 2e piliers représentent à Genève en moyenne — compte tenu également des prestations supérieures au minimum légal octroyées par la caisse de pensions — entre 40 et 60 % du revenu touché avant la retraite.
  • La prévoyance retraite Suisse est constituée par le biais du 3e pilier qui revêt une importance cruciale, en particulier pour les femmes ne pouvant compter que sur leur propre revenu provenant d’une activité lucrative, de même que pour les femmes veuves ou divorcées. Comme, souvent, les femmes consacrent de nombreuses années à leur famille et ne touchent donc pas de salaire, leurs lacunes de cotisations au titre de la prévoyance professionnelle se répercutent lourdement sur le montant des prestations versées par la caisse de pensions au moment de la retraite.
  • Ainsi, pour maintenir son niveau de vie habituel après la retraite, il est conseillé de combler sa lacune de couverture par le biais de la prévoyance privée : assurance-vie, dépôt de titres, comptes d’épargne, revenus locatifs d’immeubles, etc.

Contact

Route de Saint-Julien 129,

1228 Plan-les-Ouates

Genève

Ligne de bus Tpg D (Bel-Air - Saint-Julien SNCF)

Arrêt: Plan les Ouates Mairie

 

T: +41 22 880 02 67
E: contact@conseilhelvetique.ch

CGU